21 December 2005

Le salaire des employés de l’État

Maintenant que les salaires sont fixé par une loi du Gouvernement du Québec, j’aimerais rappeler un article que j’ai lu il y a quelques semaines. Dans cet article on découvre que les études qui servaient aux négociations sont parfois truquées.

Les grandes lignes:

  • En 2003, 98,8 % des entreprises québécoises comptaient moins de 200 employés (selon la ministre Jérôme-Forget)
  • Les salaires des employés de l’administration publique québécoise accusent un retard de 15 % en 2005 par rapport à celui de l’ensemble des autres salariés québécois (selon l’Institut de la statistique du Québec).

Or, le point 1 a un grand impact sur les salaires des employés. À partir de mon expérience, je gagnais plus cher dans les entreprises de plus de 200 employés, mais je gagnais moins dans une PME. Ainsi, si l’étude se base sur les entreprises de plus de 200 employés, alors on ne peut dire qu’il y a un retard dans les salaires des employés de l’État.

Je ne sais pas qui a raison dans cet histoire, mais souvent, je trouve les employés de l’État bien gâtés. Peut-être pas côté salaire mais côté stresse. Quand tu sais que ton employeur fera jamais faillite, que sa côte ne dégringolera jamais en bourse (entrainant des coupures d’emplois), que ton département ne sera pas fermé parce qu’il est pas rentable, qu’il ne sera pas vendu (entrainant des coupures d’emplois)… ça enlève du poids sur les épaules. Peut-être que les emplois ne sont plus à vie comme avant, mais c’est déjà plusieurs problèmes de moins!

Comments (1)

  1. 22 December 2005
    Burn said...

    Il faut dire, qu’en moyenne, les employés du secteur public ont aussi de meilleurs conditions de travail. Ceci inclus congés de maternité, congés et vacances. La sécurité d’emploi y est pour beaucoup aussi, tu as raison.
    Mais les salaires ne sont pas bien répartis. Les employés de la SAQ ont un excellant salaire horaire. C’est le prix à payer pour le faible nombre d’heures. Si ils venlent plus d’heures, qu’ils aillent chez Provigo à un salaire normal. Dommage, ils perderont malheureusement des dégustations de vins haut de gamme gratuites payées par les contribuables. Pendant ce temps, des infirmier(ères) sous-payées vivent dans un environnement déplorable et font des dépressions à tous les deux ans. Des enseignant(e)s sont pris avec des élèves gâtés pourris par des parents mous. Il est là ton 15%.