18 November 2007

Can somebody help me?

J’ai entendu quelqu’un dire ses paroles dans mon corridor ce soir. Je me suis donc précipité pour voir ce qui se passait. Or, j’étais le seul dans le corridor: aucun de mes voisins n’avait entendu ou daigné agir. Cependant, une porte en diagonale de la mienne était ouverte. Je suis me suis approché pour y voir plus clair.

En entrant dans l’appartement rose, j’ai vue une vieille dame assit sur son lit. Elle ne parlait pas français. Je lui ai offert mon aide. Elle m’a expliqué qu’elle avait des douleurs à la poitrine. J’ai tout de suite pensé à appeler les ambulanciers, mais elle ne voulait pas aller à l’hôpital. Elle disait que les ambulanciers et les infirmières étaient méchantes avec elle. Ils ne cessaient de lui reprocher de ne pas relaxer. Après quelques minutes de conversation, j’ai su que sa fille ne pouvait pas venir car elle habitait à l’autre bout du métro et ne voulait pas payer le taxi. Or, c’est moi, son voisin inconnu jusqu’ici, qui devra m’occuper d’elle.

La dame faisait en réalité une crise d’anxiété qui portait son rythme cardiaque à la hausse avec sa pression. Pour ramener les choses à l’ordre, il suffisait de la faire focuser sur autre chose que sa douleur thoracique. Plus facile à dire qu’à faire! En discutant encore plus, j’ai vu qu’elle écoutait 2 postes de radio en simultané en plus de la télévision: “c’est pour me changer les idées” disait-elle.

Bref, après quelques pilules et patches, mais surtout 3h de conversation sur tout et rien, sa pression a fini par diminuer. Somme toute une rencontre intéressante, de pouvoir discuter avec quelqu’un qui a déménagé dans le building il y a 25 ans mais tout de même un peu long!

Comments (1)

  1. 28 November 2007
    squidy said...

    Mis-à-jour: la dame en question m’avait demandé ce que je voulais en échange de mon temps. Or, comme j’ai du temps à revendre et que j’ai attend l’équilibre financier, je ne lui ai rien demandé. Or aujourd’hui, il y a avait un sac attaché à ma porte. Il ne fait aucun doute que le t-shirt qui y était venait d’elle! Il est comique de voir comment les autres nous perçoivent: pour elle je porte du Large, alors qu’en réalité je peux porter du Très Petit. C’est l’intention qui compte! :)