27 February 2007

Les partis politiques et le logiciel libre – première partie

J’ai fait un peu de recherche et j’ai consulté les programmes politiques des plus grands partis pour leur intentions en matière de logiciel libre. Dans un premier temps, je vais vérifier les choix technologiques pour le web et plus tard, lorsque tous les programmes auront été rendus publiques, je regarderai leur politiques.

Les sites web

Dans un premier temps, regardons les choix technologiques des partis.

Québec solidaire: Apache + Php sur un serveur Linux[1]

Parti québécois: Apache + Php sur un serveur Linux[2].

Parti libéral du Québec: Apache + Php sur un serveur MacOSX[3].

Action démocratique du Québec: Apache + Php sur un serveur Linux[4]

Parti vert du Québec: Apache + Php sur un serveur Linux[5]

Résultat: Tous les partis sauf le Parti libéral embrassent le logiciel libre. Il faut dire que le Parti libéral en utilise quand même, mais il utilise un système d’exploitation commercial.

C’est tout de même un bon départ, tout le monde utilise du logiciel libre. Mais je doute que ce soit de manière totalement délibérée, soit:

  1. les budgets pour les sites webs sont probablement minimals;
  2. les personnes qui s’occupent des sites webs sont sensibilités au sujet;
  3. ou encore, les personnes qui s’occupent des sites webs sont bénévoles et ils ne veulent pas se donner du trouble avec Microsoft Windows.

L’idée de cet article me viens de la panne qu’a subit Québec solidaire en fin de semaine tel que reporté sur Cyberpresse.

Comments (5)

  1. 27 February 2007
    Vincent said...

    "3) ou encore, les personnes qui s’occupent des sites webs sont bénévoles et ils ne veulent pas se donner du trouble avec Microsoft Windows."

    Franchement, pour faire de l’administration de serveurs Apache/PHP/MySQL dans des grosses entreprises, je dois te dire que c’est vraiment vraiment moins de trouble sous Windows. Sous Linux, tout se compile ensemble et si tu changes un des trois composant, tu dois tout recompiler et puis y’a toujours du chichi. Demande toi pas pourquoi tous les serveurs Linux sont encore en PHP4, y’a personne qui veut se donner le trouble de tout sacrer en l’air. En Windows, toutes les versions peuvent exister côte-à-côte, changer de version de MySQL ou PHP est aussi simple que de changer le nom du répertoire.

    Ceci étant dit c’est intéressant de voir qu’aucun de ceux-là n’utilise ASP.NET ou JSP comme technologie. Étonnant parce que l’acceptabilité de PHP/MySQL en entreprise est nulle.

  2. 27 February 2007
    Yan Morin said...

    Cher Vincent,

    je travaille pour Savoir-faire Linux et je vois de plus en plus d’entreprise (petite, grande, moyenne, gouvernement, etc) qui utilisent PHP/MySQL/Postgresq/Perl/Apache sur leur serveur de productions. D’un point de vue extérieur, je ne m’aurais jamais douté que certaines utilisaient linux ou freebsd dans leur infrastructure.

    Souvent, les employés et le public ne le savent même pas, ils utilisent des interfaces windows (IE, la fonction FTP de IE, le SMTP d’Outlook Express, le partage de répertoire dans Explorer) et c’est vsftpd, postfix et samba, debian/redhat/centos/fedora/… en arrière, sur les serveurs.

    Pour ce qui est des versions de logiciels, nous utilisons Mysql3-compilé/mysql5-packagé sur des serveurs et php4, php5 sur d’autres (php4 et php5 sont supportés encore par php). De plus, nous utilisons Xen pour créer des serveurs virtuels. Il existe aussi le projet "vserver" pour créer plusieurs serveurs virtuels sur un même serveur. L’avantage de créer des serveurs virtuels est de permettre à différent client d’être une multitude d’architectures qui répondent à leurs besoins.

    Avec une distribution appropriée, je veux dire qui n’est pas conçue (décision de la distribution) que pour une version seulement d’un logiciel, l’utilisation simple de plusieurs versions est possible et facile. Il faut juste choisir ce qui correspond à ces besoins.

    Pour ce qui est du "simple" avec une solution WAMP, je ne pourrais contredire car je n’ai jamais administré cette solution.

    Enfin, pour l’adoption de PHP5, il est habituellement installé que lorsque l’entreprise le demande. S’il y a peu (je ne connais pas les chiffres) de mise à jour vers PHP5, il me semble que c’est parce que les applications fonctionnent très bien en PHP4 et que PHP4 est supporté – mise à jour régulière.

  3. 27 February 2007
    Pierre-Luc Beaudoin said...

    Yan, bien que Vincent dispose des mêmes études que toi, il croit fermement que Linux est un trip d’universitaire et qu’il n’y a pas de vie pour Linux en dehors des dites écoles. Je suis loin d’être de son avis, je crois plutôt que le Québec accuse un fort retard dans la pénétration de Linux. Je crois aussi fermement dans les principes qu’implique GNU/Linux et j’espère qu’ils seront découverts du grand public bientôt!

  4. 28 February 2007
    Yan Morin said...

    En fait, j’ai vu beaucoup plus d’utilisation de logiciels libres et de personne avec des connaissances en linux en dehors des universités que le contraire.

  5. 28 February 2007
    Pierre-Luc Beaudoin said...

    L’ÉTS est un très mauvais exemple :P Dans la dernière année, au contraire des tendances de l’industrie, ils ont remplacé tous les serveurs Linux internes, remplacé le système de courriel Novell par Exchange et retiré tous les serveurs Novell. Laisse-moi te dire que les élèves sont mécontents du système de courriel qui n’offre vraiment pas toutes les fonctionnalités qu’offrait Novell NIMS sans compter la facture saler que ça doit nous coûter!