12 June 2006

Fini la démocratie, nous vivons dans un état totalitaire

Non vous ne rêvez pas. Une procédure exceptionnelle de l’Assemblé Nationale est entrain de pourrir notre système démocratique. Le gouvernement des Libéraux de Jean Charest s’en servent pour terminer leurs sessions parlementaires. Depuis plusieurs décennies, certains gouvernements en ont fait de même, mais jamais autant que le gouvernement actuel.

Il faut mettre fin à cette procédure, ou du moins la limiter comme s’y étaient entendus les partis en 2001. À l’époque on avait jugés qu’un seul projet de loi pouvait faire l’objet d’un bâillon. Et dans une de ses versions, les parlementaires devaient débattre de l’urgence de l’utiliser. Voilà une voie à reprendre!

Il faut rappeler que le bâillon élimine quasi totalement les débats entourant les projets de loi. Il laisse donc le champ libre au gouvernement d’en faire à sa tête, envers et contre tous! C’est ce qui décrit une tendance totalitaire si je ne m’abuse.

Comments (7)

  1. 12 June 2006
    Tester said...

    Il faut se souvenir que le gouvernement et les parlementaires ont été élus par les Québécois et qu’ils les représentent! C’est en fait l’expression de la démocratie à son meilleur. La dictature de la majorité.

  2. 13 June 2006

    Ce que je dénonce c’est l’absence de débats sur les lois. Elles ont été imposées sans amandements ni aucune discussion possible.

  3. 13 June 2006
    Tester said...

    Les débats ça ne se fait pas juste au parlement.. Ça a été amplement discuté dans les médias, etc

  4. 13 June 2006

    Mais dans le final, c’est le contenu de la loi qui sera appliqué: si les partis n’ont même pas le temps de l’étudier avant leur adoption, à quoi bon avoir un parlement! Je parle ici explicitement de la loi sur les hypodromes et la loi imposant les conditions de travail des médecins spécialistes.

  5. 13 June 2006
    Tester said...

    Dans notre système, même avec un débat, comme le gouv a une majorité, ça ne change rien…

  6. 13 June 2006

    Mais comme le disais Rita Dionne-Marsolais à la radio ce midi: souvent, même s’ils vote contre des lois, les partis d’opposition réussissent à faire évoluer le texte des lois avec des amendements pour les rendre plus adéquates/acceptables/… Je crois fortement en ce principe même si c’est le gouvernement majoritaire qui a le dernier mot.

  7. 13 June 2006
    Tester said...

    Dans ses rêves.. les amendements de l’opposition sont jamais votés…