2 March 2010

The rumors of our extinction have been greatly exaggerated

This is a public announcement to everyone who have seen the opening and closing ceremonies of the 2010 Winter Olympics in Vancouver: Canada is still inhabited by French speakers.

Despite all the criticism the Vancouver Organizing Committee received after the opening ceremonies, little changed in the closing one.  Yes, the VANOC’s CEO made an effort to speak in French but that’s about the only change you could see.  That and the fact that Canada’s Olympic Broadcast Media Consortium added a live translator on French TV so that the less “fortunate” can understand the ceremonies in their own country.

Would have it been too much to ask for one of the monologues to have been in French? After all, I am sure there are Francophones outside Québec ready to do such a creed for Canada.  They probably just didn’t try to find one but I personally believe finding one could also have been a hard job, considering that doing such a creed, even if it’s a caricature, could mean professional suicide for a Québec comedian in Québec’s French market (where such creeds on any side isn’t popular these days).

In short, we still exist.  What you have witnessed is a sad image for a country with 2 official languages.  It is reminiscent of old English-French frictions which we all would like to believe were long gone.  As it has been pointed out on this blog (a post worth reading) and in the professional press (in French!), denying French Canadians such visibility has done more for the sovereignty movement of Québec than the current leaders of the movement themselves. And that’s quite a job, considering the health of the movement at the moment (the leading party not being the ruling government for 7 years now).

This is also reminiscent of West-East frictions.  The (mostly English) West feels bilingualism is being wrongly imposed on them. They feel too much power is given to the central provinces (where 60 % of the population lives).  They probably also feel (rightfully) they are paying for our social wealth services considering the thriving west economy of tar sands and, I have to admit, their just efficient administrations.  Those frictions may never disappear, after all British Colombia was almost part of the United States of America if it were not of the Canadian rails built in 1870s.  My point of view on the subject is that parts of Canada and United States are being unnecessarily separated on political reasons.  Vancouver’s economy is probably more active with Seattle’s than the rest of Canada.  The same applies with the province of Québec and state of New York.  Politically enforcing an horizontal relationship where the natural flow of business is vertical.  This argument has been mentioned in the latest High Speed Trains plans of Québec–Windsor and Montréal–New York.  I am going to stop here but this could lead to interesting debates on history and politics. :)

In conclusion, just don’t forget we still exist.  We have a thriving musical culture (among other) as you can see here, here, here and here (my personal favourite local artists these years).  Its absence from the Olympics is an anecdotal abnormality.

24 November 2009

De l’anglais au CÉGEP: encore un peu plus SVP

Le débat est relancé de plus belle au Québec sur l’obligation de forcer le peuple à faire une partie de ces études supérieures en français.  Rappelons qu’au Québec, il est obligatoire pour un francophone de naissances et les nouveaux arrivants (allophones) de fréquenter l’école jusqu’à la fin du secondaire en français si celle-ci est financé par l’État, pour les autres (les anglophones de souche), ils peuvent fréquenter l’école de leur choix.  Cette démarche vise à éviter une assimilation du Québec vers l’anglais par “noyade” d’immigrant parlant anglais, tout en protégeant le droit des minorités existantes. Pour les Européens qui lisent ce billet, le CÉGEP est un collège qui offre des diplômes techniques ou pré-universitaires.

D’après les statistiques qu’on voit à gauche et à droite, seulement 4 % des citoyens francophones de souche décident d’aller étudier de plein gré dans un CÉGEP anglophone alors que cette proportion grimpe à 50 % chez les allophones.  Le débat médiatique ces jours-ci semble toujours autour de cette dernière statistiques.  Certaines gens voudraient ces 4 % et 50 % forcé de choisir un CÉGEP francophone, certains vont même jusqu’à imposer l’université en français!

Je suis d’avis que forcer les gens à continuer une partie ou toutes leurs études en français n’est pas la solution. Si les jeunes choisissent d’aller étudier en anglais, c’est pour connaître la langue des affaire et de voyage internationale. Après tout, ils maîtrisent certainement assez bien le français après 11 ans d’école primaire et secondaire.  Il faut protéger cette liberté pour les francophones qui désirent parfaire leur connaissances linguistiques de manière pratique en étudiant en anglais.  Si nous les forçons à aller ailleurs pour faire cela, nous contribuerons à l’exode des cerveaux.

Je crois qu’il serait plutôt beaucoup plus efficace d’améliorer l’offre et la qualité des cours d’anglais au CÉGEP et au secondaire.  Après tout, si ces cours menaient à une meilleure maîtrise de la langue de Shakespeare, nous ne ressentirions pas le besoin d’étudier dans cette langue.  J’ai fait toute mes études dans le réseau francophones.  De par mes résultats supérieurs en anglais, j’ai toujours été classé dans les classes avancées au secondaire comme au CÉGEP, mais je crois que ces classes avancées ne l’étaient pas encore assez!  Il faut que la barre soit remontée pour tous.

Je pense qu’on regarde ce problème-qui-n’en-est-pas-un du mauvais angle.  À l’observation “plusieurs gens décident de faire leur études supérieures en anglais” certains pensent “forçons-les a les faire en français”, je pense “offrons de meilleurs cours d’anglais et ils changeront d’avis”.

10 December 2008

Snow storm: “Take the public transports!”

Really? Please don’t. It might sound like a good idea to fall back on the public transportation when you can’t find your car under the snow or when it won’t start. But think of all the regular users, the ones who pay monthly to use it. You are only going to add pressure to an already heavily used network. Its capacity doesn’t increase on snow days!

I already have problems finding a place when going on at Métro St-Laurent, how many trains will I have to wait to find one on snow days?

Why should I be the one waiting while this is my chosen transportation method? I chose to use an ecologic and weather proof transport. Did you? if we were all using the public transporation everyday, we’d have a much better network.

Jour de tempête: “Prenez le métro!”

Non, non, non. C’est une bonne idée de prendre le métro quand votre auto veut pas démarrer, mais non, non, non. Pensez aux autres utilisateurs du métro! Ceux qui payent leur passe à tous les mois. Vous allez aller surcharger un réseau déjà encombré en prenant le métro. La capacité du métro ne double pas parce qu’il y a une tempête de neige!

J’ai déjà de la difficulté à trouver une place où m’insérer quand les portes s’ouvre au métro St-Laurent. Pouvez-vous imaginer combien de rames je dois laisser passer un jour de tempête?

Pourquoi est-ce que je dois être pénalisé alors que je choisi quotidiennement un moyen de transport écologique et qui résiste aux intempéries? Prenez le métro à tous les jours ou prenez le pas. Si tout le monde utilisais le métro quotidiennement, on aurait un réseau en conséquence.

30 May 2008

C-552 is quite what we need

Have a look at this NDP proposed bill C-552.  It is exactly what we need, right now. In this time of net throttling and censorship, we need law that will make it clear that every company or person’s data is equal on the network.

Ask your MP to support this bill!

Projet de loi C-552: la neutralité du réseau

J’aimerais attirer votre attention à ce projet de loi privé présenté par le NPD: C-552.  C’est un projet de loi très important pour la protection d’Internet tel qu’on le connais.

La tendance de l’industrie des télécommunications ces dernières années a été vers le filtrage de contenu.  Très récemment, on a vu plusieurs cas rapporté d’étranglement de certains types de traffic (les réseaux d’échanges de fichier Peer 2 Peer par exemple).  Or, une fois dans cette voix, rien n’empêche aussi les fournisseurs Internet de ralentir le site de leur choix.  Ça semble bien être le modèle d’affaire qu’ils cherchent à implanter: faire payer les gros sites pour qu’ils soient très rapide d’accès au détriment des autres.

Ces changements ont plusieurs implications.  C’est une nuisance à la libre concurrence: comment une petite entreprise pourrait telle percer le marcher s’il faut qu’elle paye des millions pour ce sont site apparaisse à égale vitesse que ses concurrents.  C’est aussi une atteinte au droit d’expression: on pourra aussi filtrer le contenu indésirable, en quelques mots, nous voici en Chine (ce pays utilise hardament ses technologies pour créer ce qui est connu comme la grande muraille de Chine virtuelle).

Si vous tenez  à conserver votre liberté en ligne, demandez à votre député d’appuyer ce projet!

15 April 2008

Pour un .qc!

Depuis quelques années, le .ca a lentement remplacé le .qc.ca :( Je crois que nous sommes dû pour un .qc!  Comme la catalogne a son .cat, le Québec peut avoir son .qc!

Signez la pétition : operationpoint-qc.org

17 March 2008

The Gouvernement du Québec sued over renewal of proprietary licences

Savoir Faire Linux has decided to go and sue the Gouvernement du Québec about their choice of Microsoft Windows Vista without a proper call for tenders. This is supposedly a first in North America, and I personally hope they do win.

The Gouvernement du Québec is a 100% Microsoft Windows installation as far as we can see. This could be great for the local businesses working in the domain. Switching to Linux could boost our economy by not sending 80 M$ straight away into the US.

Here is the French press release:

Le gouvernement du Québec poursuivi à propos des logiciels propriétaires

Savoir Faire Linux a décidé de se lancer dans une bataille juridique afin de faire respecter les lois du Québec. Or, si les faits sont véridiques ce cas est comparable à celui d’Alstom versus Bombardier pour les appels d’offre du Métro de Montréal. Le Gouvernement du Québec aurait procédé sans appel d’offre au renouvellement des licences de Microsoft Windows pour le passage à Microsoft Windows Vista.

En tant que fervent défenseur du logiciel libre, j’espère que cette requête mettra la lumière sur les millions de dollars d’économies et de retombées économiques qu’implique l’utilisation de logiciels libres.

PS: Savoir Faire Linux est mon précédent employeur, mais je suis tout à fait d’accord avec leur démarche.

War Made Easy à RDI

J’ai vu ce film dans le cadre d’un festival de film l’été passé.  Il va passé à la télévision cette semaine: Mercredi (le 19 mars 2008) à 20h00 à RDI dans le cadre de l’émission Les Grands Reportages.  Je vous le recommande!