4 March 2008

Asterix bei den Olympischen Spielen

Comme j’étais tanné des musées et de marcher, je me suis dit pourquoi pas ne pas aller au cinéma. Or, à l’heure où je me suis présenté au cinéma, Astérix aux jeux olympiques était le prochain film. Ça tombe bien: il n’est pas encore sorti au Québec!

Bien sûr le film était en allemand, mais c’est pas grave: l’histoire est pas trop complexe et j’ai quand même une bonne base. J’ai pas mal tout compris. Ça fait un peu étrange de voir Stéphane Rousseau doublé en allemand.

Malheureusement, le film n’est pas à la hauteur du 2e tome. Beaucoup de personnages sont clichés et certaines blagues sont répétitives (de d’autres films). Le ton du film est différent aussi, dans le deuxième, on s’entend qu’aucun des personnages ne se prenait au sérieux. Ce n’est pas le cas dans le 3e. Et la fin, après la victoire d’Astérix est interminable!

Une petite note sur la salle de cinéma: elle était minuscule (40 places environ). La plus part des sièges étaient des sièges à 2 places. C’est probablement plus agréables lorsqu’on va voir un film avec sa tendre moitié. Jusqu’à 5 minutes avant le film, on était 5 dans la salle. Pas mal pour un jeudi après-midi. Mais tout à coup, la salle s’est remplie d’enfants (8 ou 9 ans) avec 2 adultes accompagnateurs. Ça a mit de l’ambiance!

Römische-Germanisches Museum

Comme j’avais déjà visité plusieurs musées à Bonn, mon intérêt pour les musées diminuait tout au long du voyage. J’ai quand même fait une visite guidée de la cathédrale et j’ai visité le musée sur l’histoire romaine de Cologne (le Römische-Germanisches Museum).

Ce musée était particulièrement intéressant pour moi qui a un intérêt secret pour l’époque romaine. Cologne est une ville romaine dont l’histoire remonte avant la naissance de Jésus-Christ. Les fouilles archéologiques ont donc pu déterrer des trésors qui sont présentés dans ce musée. Parmi les pièces de résistances: un plancher de céramique (5m x 15 m environ) d’une salle de réception d’une résidences romaine: très impressionnant! La qualité du plancher rivalisait avec celui qu’on pouvait trouver dans la cathédrale, mais qui a pourtant été réalisé plusieurs siècles plus tard. Il y avait aussi beaucoup de pierres tombales, de pots, de lampes et d’articles de la vie quotidienne en cuivre. Ça, c’était un peu redondant.

Il y avait aussi une voiture de l’époque qui avait été reconstruite. Seules les pièces de métal ont survécu le temps. J’ai été surpris d’apprendre qu’il existait déjà à cette époque une suspension pour les voitures! Elle fonctionnait ainsi: la cabine était suspendu par des lanières de cuir au véhicule (la base et les roues). Ce n’est pas les suspensions magnétiques d’aujourd’hui, mais tout de même ingénieux.

3 March 2008

Köln Dom

Köln DomLa cathédrale de Cologne a été construite entre les années 1200 et 1880. Le choeur était déjà terminé en 1350, mais ce n’est pas avant le 19e siècle que le reste du bâtiment a été construit. Encore aujourd’hui, elle fait l’objet d’importants travaux. Elle a même été légèrement touché par les bombardements de la 2e guerre mondiale.

Reliques de la cathédrale de KölnLa cathédrale a été construite pour héberger les reliques qui ont été conquis d’une ville italienne. Ce sont des os des trois rois mages.

Vitraux du coeurLes vitraux du coeur datent eu 14e siècle alors que certains autres datent du 16e siècle. À Vitraux du 16e sièclel’époque, la variété des couleurs disponibles étaient limitées. De plus, un pan de vitrail pouvait coûter jusqu’à 60 fois le salaire hebdomadaire de l’époque. C’est un héritier, descendants de 16 familles nobles, qui a donc fait faire ces plus anciens vitraux.

Alors qu’on terminait la construction au 19e siècle, de nouveaux vitraux ont été créés. Ceux-ci sont nettement plus chaleureux et colorés. La peau est des personnages est passée du blanc au rose.

Nouveaux vitrauxÀ la fin de la deuxième guerre mondiale, tous les vitraux ont été retirés et placés en sécurité pour éviter qu’ils ne soient détruits pendant les bombardements. Malheureusement, ils n’ont pas tous survécu. Ainsi, un nouveau vitrail a été créée, et c’est seulement en 2007 qu’il a été installé. Le motif est très moderne, il rappel l’effet de pixelisation lorsqu’on étire une image.

Vue du clocherPour 2 € on peu monter dans le clocher droit qui s’élève à 157,31 m mais le dernier étage accessible est à 97,25 m. Il n’y a pas d’ascenseur! C’est une ascensVue intérieureion difficile car c’est dans un petit escalier en colimaçon et c’est le même pour les 2 directions. La vue est cependant magnifique. J’y suis monté à 2 reprises. Une fois à mon arrivée, une fois juste avant mon départ. D’ailleurs, j’ai quitté Köln un dimanche, il y avait donc une messe en cours la dernière fois que je suis entré dans l’église. L’odeur d’encens et le son de l’orgue a tuyau met vraiment en perspective la richesse du lieu.

Köln

Vue du bord du RheinCologne est une ville millénaire. On y compte 1 millions d’habitants. En plusieurs point, je me sentais à Montréal. Premièrement, Köln a des choses que Bonn n’avait pas: des touristes japonais et des immigrants. C’est aussi une ville beaucoup plus touristique: les informations sont souvent disponibles dans plusieurs langues.

Rues piétonières de KölnTout comme Bonn, plusieurs rues sont uniquement piétonnières. C’est comme un centre d’achat à ciel ouvert. Malgré le 10 degrés, il y avait une quantité incroyable de monde dans les rues. Peut-être que leur clientèle n’est pas dilué par des petites rues commerciales dans les alentours.

Les principales attractions sont la cathédrale, les églises et les musées. Sa longue histoire est mise en valeur dans plusieurs musées. Plus de détails sur ceux que j’ai visité à venir!

1 March 2008

La flûte enchantée

Tant qu’à être en Allemagne, pourquoi ne pas aller voir une oeuvre locale: Die Zauberflöte de Mozart.  C’est un opéra encore :) .  Mais celui-ci était très différent: c’était une version pour enfants!

Je me suis donc présenté à la salle sachant fort bien que ça serait rempli d’enfants.  Après tout, le concert était à 17h00.  Mais je ne pensais pas être presque le seul à ne pas avoir d’enfant avec moi.  En effet, le spectacle était très simplifié pour les enfants.  Puisque les textes chantés sont difficiles à comprendre, il y avait une narratrice entre les pièces.  J’étais très fier de moi, je pouvais très bien comprendre l’histoire et j’ai même appris plusieurs mots comme reine, tomber en amour, épreuve…

C’est un très bel opéra, j’espère pouvoir le revoir un jour en version pour adultes car je crois que plusieurs pièces musicales ont été retirées pour ne pas que le spectacle dure plus de 2h.

Musée de l’histoire de la république fédérale d’Allemagne

Puisque Bonn est l’ancienne capitale d’allemagne (jusqu’en 2000 environ), on y retrouve plusieurs bâtiments administratifs qui ont servit à l’état. Ils sont tous dans le quartier qu’on appel le Bundesviertel (“quartier de la fédération” grossièrement traduit). On peut également suivre une route pour tous les voir “Weg Der Demokratie”. Je n’ai été voir que l’endroit où siègait les députés.

Par contre, j’ai visité le musée sur l’histoire de la république. Celui-ci débute avec la fin de la guerre et va jusqu’en 2005 en passant par la chute du mur de Berlin. C’était très intéressant, même si tout était écrit en Allemand. J’ai pu y apprendre beaucoup sur le régime après la guerre, la reconstruction et les débuts de la communauté européenne.

Dans les musées en Allemagne, tout est écrit en Allemand (contrairement aux musées au Québec où il y a aussi une version anglaise). On peut avoir un petit livre avec les texte en anglais ou en français. Mais souvent les textes sont moins complets que la version originale.

Concert privé à la maison Schumann

Comme les soirées sont longues, je me suis dit pourquoi ne pas aller à des concerts. Or, j’avais originalement prévu aller voir La Bohème, un opéra italien, mais rendu sur place, j’ai vu qu’ils n’étaient pas joué le mardi soir. Je me suis donc rabattu sur mon 2e choix: Hauskonzert am Schumannhaus.

C’était un concert très intime: 40 personnes, une pianiste, un lecteur. Ce dernier était une surprise. Je pensais que c’était un spectacle uniquement de musique mais non, il y avait des lectures d’extraits du journal de Robert Schumann! Bien que sûrement très intéressant, mon allemand n’est pas si avancé pour me permettre de comprendre de l’Allemand du 19e siècle. C’était donc un peu long.

En plus, la maison Schumann n’est pas au centre de la ville. J’ai donc eu de la difficulté à la trouver. Heureusement, le nom des arrêts est électroniquement annoncé dans les autobus de Bonn: “Nächste Stop: Sebastianstraße”.

La maison de naissance de Beethoven et Bonn

bonn_bethoveen.jpgLudwig van Beethoven est natif de la ville de Bonn. Il y est resté une vingtaine d’année avant de partir pour Viennes pour y poursuivre sa passion.

Beethoven est né en 1770 dans une grande maison dans la vielle ville. Aujourd’hui, cette maison abrite un musée sur sa vie. On y retrouve beaucoup d’objets important dans sa vie comme une copie du registre des naissances de 1770, les 2 pianos à queue qu’il avait dans son appartement de Viennes, les accessoires auditifs ou le fameux tableau le représentant.

La visite était très intéressante. Elle était agrémenté des portraits des personnes qui ont le plus influencé sa vie, de paisages de la ville de Bonn de l’époque, d’un plan de la ville de Viennes et une marque où il a habité et même d’un arbre généalogique. Il ne s’est jamais marié et n’a donc pas d’enfants.

La visite se termine dans une salle équipés d’ordinateurs où l’on peut consulter les partitions et les enregistrements de toutes les pièces qui ont été écrites par Beethoven. J’en ai fait grossièrement le tour et j’ai noté des pièces que je vais me procurer!

La route de Beethoven

La maison de naissance de Beethoven est la première halte dans une route qu’on peut faire à pied pour découvrir ce que Beethoven a vu et fait.

Bonn - Château du prince électoralPar exemple, il a joué dès un très jeune âge dans une église, alors cette église faisait partie de la route.

Entre autre, à 14 ans, il était attitré à la chapelle du prince électoral de Bonn.